Hommage du Conseil Permanent au Professeur Leslie François St Roc Manigat

 

Hommage du Conseil Permanent au Professeur Leslie François St Roc Manigat,

Ancien Président de la République d’Haïti

Décédé le 27 Juin 2014 à l’âge de 83 ans.

Propos de circonstance de l’Ambassadeur Bocchit Edmond

 

Introduction

  • Combien la mort de l’homme nous touche
  • Combien son départ va laisser un vide incommensurable dans l’univers intellectuel d’Haïti et de la région

Qui était l’homme?

  • L’intellectuel et l’universitaire (une vie vouée à la culture de l’excellence)
  • Son engagement politique
  • Ses liens et sa présence en Amérique latine et dans l’hémisphère en général

Condoléances aux siens

  • Sa femme,
  • ses proches parents et amis
  • les membres de sa formation politique
  • conclusion avec un mot de SEM Michel Martelly

 

UHP-IND17Je voudrais ce matin, au nom de la Mission Permanente d’Haïti à l’OEA, prendre le temps de répondre au devoir qui nous incombe, de saluer le départ du professeur Leslie François St Roc Manigat, ancien président de la République d’Haïti, décédé le 27 Juin dernier à l’âge de 83 ans.

 

Ce devoir c’est d’abord celui de maintenir vivant la mémoire du très regretté professeur et ancien président Leslie François Manigat, en nous rappelant constamment son sens de l’idéal patriotique, sa haute idée d’Haïti en tant que premier pays indépendant de l’hémisphère, et une relation passionnée avec la région des Amériques, relation qui d’ailleurs rend compte des idéaux qui animaient tous les libérateurs et héros nationaux des pays de la région, et du génie de chaque peuple de notre continent.

 

La mort du Professeur Leslie François Manigat, ancien président de la République d’Haïti nous touche pour plusieurs raisons. D’abord, son départ va laisser un vide incommensurable dans l’univers intellectuel d’Haïti et même de la région. Ensuite, l’homme était un profond humaniste, dont la vie même était un enseignement de l’idéal d’excellence.

 

En effet, Leslie Manigat n’appartenait pas seulement à Haïti. Il était l’homme de toute la région des Amériques et au delà : du Venezuela à Trinité et Tobago, de la France aux Etats-Unis d’Amérique, le professeur Manigat a formé beaucoup de générations par son enseignement de l’histoire et des Relations Internationales. Pendant sa longue carrière universitaire, il a enseigné à l’Université centrale du Vénézuela, à l’Université des Indes occidentales à Trinité et Tobago, à l’Institut d’Etudes politiques de Paris, et à John Hopkins University à Baltimore.


Dans les années 50 en Haïti, après avoir été directeur des Affaires politiques au Ministère des Affaires Etrangères, il créa la première grande école des Etudes Internationales en 1958, avant de partir pour l’exil cinq années plus tard. Le gout marqué du professeur Leslie Manigat pour l’excellence académique ne souffre aucune ambiguïté.

 

Cependant, l’engagement politique du Professeur est tout aussi déterminant dans sa vie. Tout en étant en exil au Venezuela en 1979, Leslie Manigat créa le parti politique RDNP, (Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes). Incarnant de son vivant le patriotisme et la fierté des illustres hommes d’Etat, Leslie Manigat ne s’est pas laissé dérouter par l’adversité politique. Il a continué d’animer le RDNP, et s’est représenté comme candidat à la présidence en 2006 dans des élections où il est sorti en deuxième position.

 

Source d’inspiration, la vitalité des idées de Leslie Manigat se veut désormais un patrimoine non seulement national, mais un patrimoine de la vie de l’esprit en général. Son livre intitulé « l’Amérique latine au 20e siècle » figure déjà dans le panthéon des grandes œuvres de notre région. Ainsi, au delà de son vécu riche en enseignement, les écrits du professeur Leslie Manigat demeureront pour attester d’une œuvre qui ne mourra pas.

 


« Soyons sérieux », comme il aime souvent à le répéter. Une autre vie commence déjà pour lui. Une vie à laquelle où nous n’aurons plus accès à ses verves d’analyses synchroniques. Nous ne serons plus témoins de son énergie bouillonnante, intelligente canalisant nos esprits, nos rêves de rassemblement, de progrès, de modernité, de citoyenneté et d’unité nationale. Il nous laisse avec les matériaux d’un travail de construction nationale dont nous sommes encore à sa fondation mais qui doit s’élever et se poursuivre. L’appel récent qu’il avait lancé à la jeunesse haïtienne dans son message du 10 mars 2014, semblait prémonitoire quant à son départ physique. Quand on a vu des gens de toutes tendances politiques, même ses pourfendeurs venus lui rendre un dernier hommage, l’on comprend mieux ce qu’il voulait dire en anticipant son absence. Dans ces circonstances, il incombe aux politiciens l’impératif devoir de réanimer l’espérance de la réussite nationale, en travaillant tous ensemble, sur ce qui reste à faire, pour que le pays soit et demeure une construction citoyenne d’efforts communs de toutes les générations.

 

La critique politique ne peut pas trouver raison sur tout, et partout, dans la vie d’un homme. C’est une difficulté d’approche à soigner dans la culture politique du pays. Au revoir professeur Manigat et merci pour l'héritage de l'excellence et d'amour pour la patrie partagé avec nous, et dont nous avons l’obligation de gérer et de faire fructifier. « Soyons sérieux » professeur! Vous venez vraiment de nous laisser dans de profondes réflexions sur notre présent et notre futur! Vous avez accompli votre mission maintenant il nous reste la nôtre à accomplir. Certes avec votre mise en terre le temps de votre histoire terrestre vient de s’achever. Cependant votre partance pour l’au-delà ne nous enlèvera notre attachement à vos idéaux. Merci pour votre éclectisme et humanisme intellectuel. Merci! Merci pour tout! Vous ne déméritez pas l'hommage national de la nation toute entière regrettant votre départ.

 

Enfin, Je terminerais ces propos de circonstance en exprimant nos respectueuses condoléances à l’épouse de l’ex-président Leslie Manigat, aux proches parents et amis, ainsi qu’aux membres de sa formation politique. Au nom des autorités de mon pays, nous voulons saluer pour une dernière fois en Leslie Manigat, ce chantre du patriotisme.

 

Ainsi, pour reprendre le Président de la République d’Haïti, SEM Michel Joseph Martelly, devant les dépouilles de l’ancien Président Manigat, Je cite: « Cher professeur, Monsieur le Président, Je vous tire ma révérence ». Fin de citation. Allez en paix! Professeur Manigat.